FAITS D'HIVER & MAUX D'AOUT

Chaque jour, je continue, selon l'inspiration, Des textes superflus ou alors plus profonds, Désormais, c'est facile, pas toujours évident, Mais j'ai trouvé mon style, le mien, tout simplement.

0507 - Mille neuf cent soixante dix neuf - dix

Publié le 31 Décembre 2015 par Dan in Vains vers, Souvenirs

Le matin d'un lundi, nous étions différents,
Une centaine de conscrits qu'il fallait mettre en rang.
Ils ont donc commencé à donner les habits,
En bleu coton sergé, en vert pour le treillis.

Quand tu regardes tomber ta fin d'adolescence,
Cheveux à terre, coupés, tu regrettes leur absence.
La vie, ça va, ça vient, j'ai jeté la photo,
Parfois, je me souviens de nos boules à zéro.

Ils nous ont fait marcher, commençaient les douze mois,
Ils aiment les défilés, ce ne fut pas ma joie.
Timides et fortes têtes ne doivent faire plus qu'un,
Si ce n'est pas la fête, ce n'est pas le chagrin.

Notre écot pour l'état, il fallait le payer,
Regarde, Maman, Papa, le deuxième-classisé.
Entre deux permanences, j'avais mes perms à Nantes,
Je prenais la cadence d'une vie d'adulte naissante.

Quand ma mémoire m'entraîne, je la laisse me guider,
Mes souvenirs m’emmènent vers ce lointain passé.
J'étais alors plus brun et depuis, j'ai vieilli,
Je ne regrette rien, je garde mes cheveux gris.

 

Commenter cet article