0236 - Ces mots qui valent en teint

Publié le par Dan

Il y a bien longtemps, je me souviens parfois,
Ils sont loin, mes vingt ans, mes sentiments pour Toi.
Rappelles-toi, Marylène, de nos moments à nous,
A Nantes, t'étais ma reine, moi qui était ton fou.

A chaque Saint-Valentin, j'y pense tendrement,
Etait-il plaisantin, j'en souris maintenant.
En t'envoyant des fleurs, nous étions éloignés,
Fleuriste de malheur, le plaisir fut gaché.

Ton prénom écorché, ce ne fut pas l'aubaine,
Tu fus vraiment vexée en lisant 'Marie-Laine'.

Commenter cet article

F
Coucou Dan, un poème où se mêlent tendresse et humour pour de jolis souvenirs qui refont surface... Belle journée
Répondre