FAITS D'HIVER & MAUX D'AOUT

DYAL - Chaque jour, je continue, selon l'inspiration, Des textes superflus ou alors plus profonds, Désormais, c'est facile, pas toujours évident, Mais j'ai trouvé mon style, le mien, tout simplement.

Articles avec #vains vers catégorie

0485 - Eternelle question

Publié le 25 Septembre 2013 par Dan dans Puéril, Vains vers


Cherchons la marguerite pour égrener le temps,
La ritournelle s'invite pour les petits, les grands.
Une éternelle question, m'aime t'il, m'aime t'elle toujours,
C'est avec précaution qu'on effeuille l'amour.

La magie d'une fleur pour écarter les doutes,
Eviter les malheurs, les embuches de la route,
Cherchons la vérité, celle ci reste une quete,
Evitons les privés, menons notre propre enquete,

Il faut bien la choisir pour ne pas regretter,
Pour forcer l'avenir, il faut parfois ruser,
Afin d'être rassuré contre une issue fatale,
Avant de commencer, faut compter les pétales.

Parcourons tout le champ, cherchons la paquerette,
En prenant tout le temps, sans se prendre la tête,
Allons tourner en rond et laissons au destin,
De nous dire oui ou non, d'annoncer nos demains.

L'amour n'a pas de sens, pouvons-nous le prédire,
Quelle sera la sentence, pour le mieux ou le pire.
Je t'aime un peu, beaucoup, passionnément, c'est fou,
A la folie surtout, ou alors, pas du tout !

commentaires

0479 - Patrouille de France - 60 ans

Publié le 25 Mai 2013 par Dan dans Tendresse, Vains vers


Dans un passé lointain, c'est fou comme le temps passe,
J'en ai connu certains de nos pilotes de chasse.
D'en parler aujourd'hui à la télévision,
Le passé rejaillit, je ressens l'émotion.

J'ai aimé l'alpha-jet, à Tours et à Cazaux,
Mes souvenirs sont nets car ils restent très beaux.
A Salon de Provence, la PAF y est basée,
Parfois, j'ai eu la chance de pouvoir y aller.

Tous mes copains absents, je ne peux oublier,
J'y pense tendrement, je veux les saluer.
Certains ne volaient pas, ils y contribuaient,
De grands moments sympa, le système fonctionnait.

J'avais perdu de vue certains qui passent là,
Je les ai reconnus, de les voir, c'est sympa.
Nous nous sommes croisés au partage de l'instant,
Certains m'ont oublié, c'est la disgrâce du temps.

C'est un très bel avion et même s'il est très vieux,
Toujours cette émotion, il vole toujours gracieux.
Quand ils s'envoient en l'air, c'est une jolie danse,
C'est le soixantenaire de la Patrouille de France.

commentaires

0449 - Rendez-vous avec soi

Publié le 17 Novembre 2012 par Dan dans Emotion, Vains vers

Les gens indispensables sont tous au cimetière,
Ils se croyaient capables de prouver le contraire.
L'horloge, ils ont poussé tout au long du chemin,
L'ego, ils ont gardé pour gérer leurs destins.

Pour ces gens volontaires, c'est trop tard désormais,
Ils ne sont que poussières à notre grand regret.
Arrêtons de courir après toutes ces chimères,
Faut éviter le pire, notre vie nous est chère.

J'ai su prendre conscience de mes limitations,
Oublier cette danse qui mène aux dépressions.
Un jour, j'ai refusé, je n'avais plus le temps,
Le temps de me presser pour rater mon présent.

Je ne veux plus stresser, métro, boulot, dodo,
J'ai donc su me calmer, je vois ma vie de haut.
Je me suis arrêté, je regarde tout autour,
Et je sais apprécier la vue d'un nouveau jour.

Courir après la vie et ainsi la rater,
Ce n'est donc pas ainsi que je veux exister.
Pour une vie au présent et la gérer au mieux,
Goûtons tous ces instants, heureux ou malheureux.

 

L'inspiration vient parfois d'une chanson.
j'avais rendez-vous

 

commentaires

0446 - Une maison de maître

Publié le 9 Octobre 2012 par Dan dans Mémo, Vains vers

Une maison de maître, je me mets à penser,
lorsque l'on veut paraitre, l'endroit est désigné.
Dehors, un joli parc, les arbustes sont taillés,
Une voiture de marque, l'endroit est habité.

J'aperçois un grand bois, des arbres centenaires,
Aucune bête aux abois, l'endroit semble pépère.
Les oiseaux dans leurs nids surveillent les couvées,
Ils nourrissent les petits, l'endroit est animé.

A coté de l'étang, de très jolis chemins
Serpentent gentiment, l'endroit semble divin.
Je vois un grand jardin, tomates et pommes de terre,
Les légumes poussent bien, cet endroit est prospère.

Ici, il fait très doux, je me crois au printemps,
L'envie de faire le fou, cet endroit est charmant.
Lorsque vient la soirée aux couleurs féériques,
Je reste émerveille, cet endroit est magique.

Le zen est retrouvé par l'humeur de l'instant,
Calme et sérénité, l'endroit est reposant.
Une maison de maître, l'endroit pour être heureux,
Bien sûr, ou bien peut-être, la vie, c'est capricieux.

commentaires

0434 - Le temps des noisettes

Publié le 25 Août 2012 par Dan dans Emotion, Vains vers

C'est le temps des noisettes, on peut les ramasser,
Mais en ville, c'est trop bête, ce temps est oublié.
C'était à la campagne, tout au fond du chemin,
Dans ce coin de Bretagne, nous étions des gamins.

Je me souviens qu'enfant, après la mi-août,
Quand venait ce moment, ces arbres étaient à nous.
On y grimpait dedans, en faisant attention,
On mettait peu de temps pour remplir nos pochons.

La branche, comme le roseau, elle plie mais ne rompt pas,
On sautait parfois haut pour l'amener en bas.
Je garde le souvenir du gout de ces noisettes,
Le meilleur, pour vous dire, c'est pendant la cueillette.

Maintenant, j'ai grandi sans perdre mes goûts d'enfant,
C'est en ville que je vis et j'aime ces moments.
Près de la voie ferrée, j'ai quelques noisetiers,
Et ainsi, chaque année, je vais les visiter.

Pendant quelques instants, je me revois marmot,
Il y a bien longtemps, j'étais alors petiot.
Avec mes deux frangins, on attendait mi-août,
Tout au fond du chemin, ces arbres étaient à nous.

commentaires

0433 - Le syndrome Kamelite Carminalisé

Publié le 11 Août 2012 par Dan dans Fantaisie, Vains vers

Vois dans quel état j'erre, regarde nous maintenant,
Quand la vieillesse génère cet état d'avancement.
Le temps a fait le pire, laissant passer les ans,
Les jeunes, sans prévenir, ils ont fait des enfants.

Biberons à toute heure, un temps qu'on a vécu,
Pour les jeunes, ce bonheur que nous ne voulons plus.
Nous étions jeunes et beaux, c'est une ère révolue,
Sauvegardons les photos, nos souvenirs vécus.

Me voilà donc papy, près de la cheminée,
Avec mes cheveux gris, je me suis bien calmé.
J'ai peur d'être gaga devant ces deux marmots,
J'espère qu'on me dira si je deviens bargeot.

Près de moi, la mamie, le bonheur l'a comblé,
Des enfants, un mari, des amis, la santé.
On aime toujours la fête mais on finit plus tôt,
Les lendemains, c'est bête, on a mal au cerveau.

La jeunesse pousse au cul, nous l'avions fait avant,
Nous voilà prévenus, c'est l'ère des grands parents.
Du temps qui est passé, nous gardons les amis,
On les a invités et ils sont tous ici.

commentaires

0430 - Mon africain blanc

Publié le 7 Juillet 2012 par Dan dans Emotion, Vains vers

Ton cobaye est venu, nous pouvons commencer,
On n'est jamais déçu, tu sais bien cuisiner.
Cinquante ans de connerie, tu y es arrivé,
Jojo, t'as pas vieilli, ce cap, tu l'as passé.

Tes fans sont tous ici pour les fêter ensemble,
C'est la chouille aujourd'hui, cet instant nous rassemble.
Ce soir à Montricoux, nous allons mettre le feu,
Nous allons faire les fous, c'est ce qu'on fait de mieux.

Les filles autour de toi et aussi tes copains,
C'est un moment de joie, oublions les chagrins.
Un p'tit mot pour Marie, elle qui sait te calmer,
Les douceurs de la vie quand tu es excité.

Nous pouvons faire du bruit, ta voisine n'est pas là,
Elle s'est barrée, Mamie, elle ne veut pas voir ça.
L'afrique dans ton salon, jamais, tu ne l'oublies,
Mets la musique à fond sur le rythme de ta vie.

Toi, mon africain blanc, mon hippie déplumé,
Mon ami de vingt ans, mon frangin d'amitié,
Mon pote, on lève nos verres, vas-y, prends le micro,
Cinquante ans, mes vains vers, chante nous quelques mots.

commentaires

0428 - Prix du public 2012

Publié le 9 Juin 2012 par Dan dans Musique, Vains vers

    Par son phrasé rapide, parfois, il nous surprend,
Mais les mots sont limpides, on comprend aisément
Cette avalanche de mots, un air d'accordéon,
Quelques notes au piano qui nous donnent le ton.

De tous ces mots qui claquent, faut avoir le déclic
Pour les poser en vrac et les mettre en musique,
Il nous pose le décor dans l'ame de ses chansons,
Faut pas rester dehors, fait chaud dans sa maison.

Il nous vient de Bordeaux sans son mercurochrome,
Tant pis pour le mélo, son pote préfère le rhum.
Sans aucune maladresse, à l'entendre, on s'attarde,
L'amour et ses promesses, des textes sans écharde.

        Je n'ai personne à suivre, je reste sur mon chemin,
De musique, je m'enivre, la chanson fait du bien.
    Je rate parfois des mots quand s'agitent mes pensées,
Réagir aussitôt ou je me laisse rêver.

C'est un nouveau talent dont je voulais parler,
De tous ses instruments, regardez le jouer.
Sur nos lèvres, des sourires, il nous l'a demandé,
Du meilleur jusqu'au rire, allez donc l'écouter.

 

PRIX DU PUBLIC 'DECOUVERTES - ALORS CHANTE MONTAUBAN 2012'

TIOU

 

 

commentaires

0425 - Commerce équitable

Publié le 1 Juin 2012 par Dan dans Mémo, Vains vers

Commerçant équitable, je crée des poésies,
Il est bien peu rentable, mon commerce est gratuit.
J'y mets certaines couleurs, des mots qui font merveilles,
Comme un bouquet de fleurs qui attirent les abeilles.

J'y mets des mots de France car cette langue me plait,
Je garde cette attirance pour un texte en français.
N'étant pas littéraire, c'est mon anachronisme,
    Le temps m'est salutaire, je refuse le mutisme.

J'écris un peu partout, dans les embouteillages,
Assis ou bien debout, je noircis bien des pages.
Je laisse quelques mots doux, d'amour ou bien taquins,
Très doux comme un doudou, un poème fait du bien.

Quand le ciel est tout gris nous menaçant d'averses,
Mon texte, je l'embellis par des mots de tendresse.
C'est torchon ou serviette, à vous de décider,
Je resterai honnête dans des textes mensongers.

Mon commerce des mots qui ne nous coûte rien,
Je nous fais ce cadeau rempli d'alexandrins.
Je reste un solitaire, à l'aise dans mes pantoufles,
Et j'écrirai en vers jusqu'à mon dernier souffle.

 

Les mots imposés de Kickoff

 

commentaires

0419 - Stationnement en vrac

Publié le 9 Mai 2012 par Dan dans Colère, Vains vers

La carte non nécessaire, je l'ai catalogué,
Je ne l'ai pas vu faire, c'est un handicapé.
Des neurones ont manqué lors de sa conception,
L'air lui a t-il manqué, telle est bien la question ?

Sa voiture est jetée, à mi-place, mi-trottoir,
Les piétons sont bloqués, nous pouvons nous faire voir.
Il n'a pas pris le temps de bien faire son créneau,
A t'il le droit vraiment de conduire une auto.

C'est une voiture de sport, j'imagine sur la route,
Ai-je raison ou bien tort, de sa santé, je doute,
Car s'il sait la conduire comme il sait la garer,
Je crains vraiment le pire, je redoute le danger.

Mon appareil photo resté à la maison,
il me reste les mots et mon indignation.
Faut-il lui expliquer ce qu'est la liberté,
Dans une communauté, il faut la partager.

Faites attention à lui, en auto ou à pied,
Si tu le vois, tu fuis, il faudrait l'interner.
Un gros con, c'est flagrant, jean-foutisme avéré,
C'est sans problème qu'il prend la place handicapé.

commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>